Romy PAYOT

CONCESSIONNAIRE

Concessions de la Mayenne (Dép.53) et de la Sarthe (Dép.72)

À quelle date avez-vous rejoint le réseau The Door Man en tant que Concessionnaire et pour quelles raisons ?

J’ai découvert THE DOOR MAN sur LinkedIn en janvier 2019 et effectué ma formation de concessionnaire en avril. J’ai ouvert la concession de Mayenne en septembre 2019.
Rejoindre THE DOOR MAN m’est apparue comme une évidence, puisque je réfléchissais depuis quelques années déjà à un nouveau concept immobilier et TDM correspondait à mes attentes.
La digitalisation y est totale et aujourd’hui c’est indispensable pour la gestion du réseau que je crée. Je participe très activement à la formation des négociateurs que je recrute, et pour moi c’est une mission déterminante. L’architecture de mes deux concessions est structurée via le recrutement d’agents Master qui m’assistent. Le modèle de gouvernance développé par THE DOOR MAN n’existe pas ou très peu dans les modèles des agences vitrées ou réseaux traditionnels de mandataires immobiliers.
Il y a aussi le mandat exclusif PREMIUM 1OO % partagé. C’est un formidable outil de conquête commerciale. Une évidence ! Merci Pierre Arnaud MAZZANTI. La zone prioritaire de prospection nous démarque de nos confrères et nous assure un bon fonctionnement interne et une sécurité pour nos « AMI ». Intégrer un réseau naissant est une formidable aventure, nous allons le nourrir de nos compétences communes et le voir grandir très vite.

Quel est votre effectif d’AMI et de MASTER à ce jour ?

Lorsque mon premier Master m’a rejoint, nous sommes tombés d’accord sur la façon dont nous allions nous développer. Nous sommes tous les deux perfectionnistes avec un coefficient d’exigence fort. Nous avons décidé de recruter « en escargot » en créant une petite équipe efficace et productive. Pour donner l’envie à d’autres de nous rejoindre, il faut montrer que cela fonctionne, il faut des mandats et surtout des ventes ! Dès le début nous avons été sélectifs en matière de recrutement afin d’avoir un démarrage d’activité plus rapide et des conseillers immobiliers autonomes. Aujourd’hui, ma petite équipe de 6 personnes est opérationnelle, et plusieurs recrutements sont en cours. Nous sommes maintenant prêts à nous développer et à accueillir des profils plus novices.

Quels moyens utilisez-vous pour recruter ?

Les réseaux sociaux sont incontournables pour se faire connaître, expliquer notre savoir-faire, recruter, rencontrer de nouveaux partenaires, des ambassadeurs.
LinkedIn est à mon sens le réseau le plus approprié pour rencontrer un futur Master. Facebook nous apporte des contacts d’AMI. J’ai recruté également par Instagram. J’utilise Twitter mais uniquement à titre d’information. Nous disposons également des contacts provenant du site national et également du portail INDEED où la tête de réseau finance à l’année une page entreprise dédiée au recrutement.
Ma mission est claire : recruter et former le plus grand nombre de conseillers immobiliers passionnés par notre métier.
Il s’agit d’être actif et constant dans la communication car comme le dit Pascal BEUVELET « Il ne sert à rien d’être le meilleur si l’on est le seul à le savoir ».

Quelles sont, selon vous, les actions à mettre en place sur ces réseaux sociaux ?

Je publie quasi quotidiennement des informations sur notre activité, nos besoins, notre environnement local. Je veux donner l’envie de me suivre et ainsi créer ma propre communauté. Derrière chaque conseiller immobilier se cache un homme ou une femme avec ses passions, ses centres d’intérêts. Le levier empathique est le même que dans la vie.

Y-a t-il des actions et messages différents à mener suivant le réseau social utilisé ?

Oui, certainement mais personnellement je n’ai pas de barrière. L’usage voudrait que Facebook ait une connotation familiale, amicale objectif détente, LinkedIn reste un réseau très professionnel et Instagram nous permet de partager de belles photos, vidéos des objets insolites du bâti…

Avez-vous des objectifs en termes de communication pour les mois à venir ?

Quand on rentre du mandat, il faut le faire savoir. Les remontées du Bon coin chaque semaine nous donnent une meilleure visibilité, nous apportent des prospects et nous font connaître.
J’envisage de faire un publi-reportage avant l’été dans un journal local afin de présenter notre équipe et nos prestations.
Nous avions d’autres projets liés au commerce de notre département, vu la situation sanitaire nous allons les reporter.